Les enseignants comme véhicules transformateurs de la société

Avec la conférence donnée par Andrea Escobar, directrice de Semana Educacion, ont a accueilli les étudiants des maîtrises « Evaluation et Assurance Qualité dans l’Enseignement » et « Education ».

« Etre enseignant c’est un travail fantastique, prioritaire et important dans tout l’agenda national ». Avec cette phrase, la directrice de Semana Educacion – une extension de la revue Semana – a commencé son intervention sur le travail des enseignants en Colombie, dans l’actualité, et sur l’importance de les écouter, non seulement en salle de cours, mais aussi dans la société.

« Les enseignants, aujourd’hui et depuis toujours, travaillent pour promouvoir la curiosité et le désir d’apprendre chez les étudiants et ils doivent commencer à comprendre que l’éducation n’est pas seulement ce qui se passe en salle de cours ; il est nécessaire et urgent d’en finir avec ce modèle et de bien comprendre que toute la société, des personnes en général au plus importants entrepreneurs du pays, doivent s’engager avec le développement et l’amélioration de l’éducation », a souligné la conférencière invitée.

Pendant la conférence, organisée par la Faculté des Sciences de l’Education et l’Association des Anciens Elèves de l’Université Externado de Colombie, la directrice de Semana Educacion, a aussi expliqué qu’il faut donner un nouveau sens au travail des enseignants, en insistant sur le fait que la société doit connaître, en permanence, toutes les nouveautés dans le domaine de l’Académie, car tout se renouvelle et les méthodes sont toujours changeantes.

Même si c’est une tâche difficile, et encore plus si on n’a pas le soutien de l’Etat – fait qui a provoqué que la dernière grève des professeurs se prolonge pendant 37 jours et que par conséquent il y ait 9 millions d’étudiants sans cours – plusieurs enseignants continuent à se battre pour devenir des transformateurs des communautés, des régions et des sociétés.

« En Colombie il y a des professeurs extraordinaires. L’éducation a de l’impact sur la société et le développement économique. L’éducation est le seul véhicule transformateur », a-t-elle affirmé.

Mme Escobar a insisté sur le fait que, outre transformer des cultures et former des personnes, l’éducation doit aussi parler en chiffres. Quel est le niveau d’employabilité des diplômés et quelles sont les opportunités que l’on offre à quelqu’un qui se forme ?

A partir de cet exposé, on retrouve deux points importants pour les éducateurs dans l’actualité :

 Comment peuvent-ils avoir de l’influence sur quelqu’un à travers la parole ?

  • En comprenant le nouveau modèle de salle de cours : les natifs numériques.
  • En ayant des idées claires, précises et cohérentes.
  • En utilisant de manière appropriée les signes de ponctuation.
  • En transmettant des messages marquants, expliqués et exprimés d’une manière différente.              

 Tout communique :

  • Communiquer de manière efficace peut aider les institutions à motiver les étudiants en salle de cours et promouvoir ainsi l’apprentissage.
  • Etre conscients de notre langage corporal.
  • Les nouvelles technologies offrent de nouvelles opportunités pour communiquer avec les étudiants.
  • La voix, le ton : tout est important. Ne pas juger.

Etre enseignant est l’un des métiers les plus honorables, exigeantes et difficiles, car les enseignants doivent accomplir un travail compliqué : former les générations futures qui rendront ce monde moins inégal et plus tolérant, respectueux et équitable ; a expliqué l’experte.

Selon Mme Escobar, on doit aussi être conscients que les enseignants sont humains ; parfois ils sont idéalisés ; mais ils veulent aussi apprendre et faire partie de la société.

Avant la conférence, le Service de la Vie Etudiante et la doyenne de la Faculté des Sciences de l’Education, Maria Figueroa, ont accueilli les étudiants des maîtrises « Evaluation et Assurance Qualité dans l’Enseignement » – seule dans le pays et avec un composant important de recherche – et « Education », qui a pour objectif de développer et d’améliorer les niveaux de complexité et les compétences essentielles dans la formation intégrale des étudiants.

Plus d’informations sur les maîtrises  ICI