Le Fonds Monétaire International pronostique une période de croissance économique en Amérique Latine

Même si les prévisions pronostiquent une croissance économique au niveau mondial et en Amérique Latine, on s’inquiète par rapport à la concentration de la richesse et aux problématiques liées à l’instabilité politique.

Les professeurs Camilo Romero et Javier Garay ont analysé les rapports publiés par le Fonds Monétaire International, le Forum Economique Mondial et Eurasia Group, pendant un événement organisé par la Maîtrise en Affaires Internationales de la Faculté des Finances, du Gouvernement et des Relations Internationales.

Le Fonds Monétaire International (FMI) pronostique une croissance en Amérique Latine de 1,9% et de 2,6% en 2019, grâce à la récupération du Brésil et aux avancements du Mexique.

Cela a été l’une des conclusions de la conférence donnée par les enseignants Camilo Romero de l’Observatoire de l’Economie et des Opération Numériques ; et Javier Garay de l’Observatoire de l’Analyse des Systèmes Internationaux. A cette activité ont participé des étudiants et des professeurs de la Maîtrise, ainsi que la coordinatrice académique, Ana Maria Bustamante.

Pendant la conférence, les enseignants ont expliqué que le Fonds Monétaire International (FMI) prévoit des variations à la hausse de ses prévisions par rapport à la croissance économique mondiale, qui pourrait atteindre 3,9% en 2018 et 2019, grâce à l’impact de la réforme fiscale aux Etats-Unis et à la récupération de la zone euro.

L’économie mondiale continue son accélération et présente une expansion de 3,2% en 2016 et de 3,7% en 2017. Ce phénomène a lieu 10 ans après une terrible crise économique mondiale. Actuellement, les principales économies se réactivent et se développent en créant des emplois.

Selon les professeurs, l’une des explications est liée à la réduction des impôts aux Etats-Unis et en Europe, car l’émission d’autant d’argent à la Banque Centrale a eu des résultats.

La hausse des prix du pétrole a été aussi l’un des facteurs qui ont « motivé » les économies en Russie et au Moyen-Orient ; la dispute avec Trump n’a pas eu des effets négatifs sur l’économie mexicaine. Le Brésil, même si doit toujours faire face aux effets d’une dépression économique, montre des signes de récupération.

Même si le contexte s’est amélioré, les conférenciers n’étaient pas si optimistes par rapport au futur, car les risques politiques mettent en péril cette bonne période économique. Ils ont aussi signalé que « la plupart de la richesse reste concentrée chez les plus riches ».

Dans le chapitre dédié aux avertissements du rapport fait par le Fonds Monétaire International, on expose les menaces probables : l’inégalité économique, les menaces envers la cybersécurité et les effets extrêmes du changement climatique.

Cette discussion se déroule dans le cadre académique de la Maîtrise en Affaires Internationales, l’une des formations postgrade de la Faculté des Finances, du Gouvernement et des Relations Internationales, qui mélange l’analyse de diverses disciplines telles que l’Economie Internationale, les Relations Internationales, la Gouvernance Globale, entre autres.