Conférence « Évaluation économique dans le cadre de la certification environnementale en Colombie »

Date : 13 de march

Heure : 8:00 am - 9:00 am

Lieu : H 301

Dans le contexte de la certification environnementale en Colombie, d’après la Méthodologie générale pour élaborer et présenter des études environnementales, « l’évaluation économique environnementale sert d’outil pour faire des estimations monétaires de l’environnement au-delà du rôle joué par les prix du marché, et est très utile dans l’analyse (…) le contrôle et la régulation de la dégradation environnementale ».

La conférence sera donnée par Yolanda Casallas Abril, leader en évaluation économique de l’Autorité nationale des certifications environnementales (ANLA).

Les outils économiques offrent un critère supplémentaire d’évaluation des demandes de la certification environnementale ; permettent d’identifier, d’une manière complémentaire et compatible, les effets d’un projet, chantier ou activité sur le bien-être économique, qui est soutenu par les ressources naturelles et les services écosystémiques qu’ils offrent aux communautés dans la zone d’influence des projets.

Pendant la conférence on abordera notamment les antécédents normatifs face à l’évaluation économique dans le cadre de la certification dans le pays, la procédure méthodologique pour appliquer les outils économiques prévus dans chaque étape de la certification environnementale : diagnostic environnemental des alternatives (DAA), étude de l’impact environnemental – EIA pour la certification, modification de la certification et du PMA et sélection de la méthodologie appropriée pour l’évaluation économique des externalités positives et négatives des projets.

En ce qui concerne le DAA, on présentera les pas méthodologiques pour soutenir la sélection des options environnementales pour le développement d’un projet, d’un chantier ou d’une activité, à travers l’utilisation de l’analyse coût-avantage des alternatives. D’autre part, on présentera les linéaments que l’on doit respecter pour la hiérarchisation des impacts « internalisables » et « non internalisables », le développement de l’analyse de l’internalisation des impacts et l’ACB comme outil d’évaluation dans le cadre de l’étude de l’impact environnemental – EIA.

Également, on présentera l’évaluation des projets à travers l’ACB, qui compare les coûts (impacts ou externalités négatives) provoqués par le développement d’un projet, d’un chantier ou d’une activité, et ses avantages (impacts ou externalités positives), afin d’établir l’intérêt environnemental et social de son exécution.

Cependant, pour pouvoir comparer les coûts et les avantages, il faut les identifier, ce qui exige aussi une évaluation ou quantification biophysique, en fonction de l’évaluation du changement environnemental qui provoque l’impact potentiel sur le service écosystémique. L’évaluation des

avantages et des coûts transforme les unités biophysiques en indicateurs économiques, à travers les prix des conséquences provoquées par l’utilisation des services écosystémiques.

On exposera une description des méthodologies d’évaluation économique recommandées pour calculer les impacts et les avantages, dans le DAA et dans l’évaluation économique environnementale – EEA, qui doit être faite dans le cadre de l’EIA. Parmi les méthodologies décrites il y a des méthodologies de préférences déclarées et des préférences révélées, ainsi que la méthode du transfert de bénéfices.

Finalement, on présentera les linéaments pour obtenir les principaux critères de décision : relation avantage coût – RBC, la valeur actuelle nette – VNP et le taux de réduction pour les projets environnementaux – TAD, en étant le facteur qui permet de comparer les avantages et les coûts économiques du projet à différents moments et par rapport à une meilleure utilisation alternative de ces ressources.

Entrée libre, inscription préalable dertierras@uexternado.edu.co