Analyse du Project Finance dans la société actuelle

Le Département de Droit Economique a organisé la conférence, qui a été donnée par le professeur Maximiliano Rodriguez et lors de laquelle on a analysé les aspects contractuels de ce modèle financier.

Le concept Project Finance fait référence, dans un contexte mondial, à une modalité de financement de grands projets d’infrastructure, avec l’investissement d’importantes sommes d’argent et pendant une longue période de rentabilisation.

Cette thématique a été traitée pendant la conférence donnée par l’expert Maximiliano Rodriguez Fernandez, enseignant-chercheur au Département de Droit Commercial de l’Externado, spécialiste en Droit Financier et Boursier et master en Droit Commercial International de l’Université de Londres.

M. Rodriguez a souligné que l’activité de Project Finance, est étroitement liée au développement de l’infrastructure de base d’un pays et par conséquent, promeut le développement économique. Egalement, il a souligné que l’objectif est soutenu par la capacité du projet de produire des flux de trésorerie pour assurer le remboursement des prêts des contrats signés par divers participants et garantir ainsi sa rentabilité.

Pour garantir cela, il faut d’abord prendre en compte que, selon le conférencier, le Project Finance doit se structurer à partir de la base de prédictibilité à long terme et dans une structure des contrats fixes avec leurs clients, fournisseurs, régulateurs de marché, entre autres.

Lors de cette conférence, organisée par le Département de Droit Commercial dans le cadre des rencontres prévues jusqu’à fin octobre, le conférencier a expliqué comment commence un Project Finance et a parlé de tous les acteurs participants, lorsqu’on a besoin d’exécuter un projet d’infrastructure, public ou privé.

M. Rodriguez a aussi expliqué aux participants, des étudiants de prégrade et postgrade, les défis de ce modèle, parmi lesquels on retrouve le manque de financement en Colombie, l’absence de stabilité dans la plupart de projets et, plus particulièrement, le manque de transparence et la corruption qui ont lieu dans un pays au moment de commencer un plan d’infrastructure.

Le professeur a insisté sur le fait que tous ceux qui souhaitent appliquer ce modèle, doivent savoir qu’il faut le faire non seulement en attendant des bénéfices économiques, mais aussi afin d’entraîner une rentabilité sociale et un apport au développement de la société actuelle.