Les modifications de la Loi 1882 de 2018 ont été analysées par divers experts

Pendant cet événement plusieurs nouveautés non comprises dans la Loi, mais qui ont un impact important sur les contrats publics, ont été analysées.

Afin d’exposer et d’analyser les principales nouveautés de la Loi 1882 de 2018, qui a modifié le Statut Général des Contrats de l’Administration Publique, et plusieurs aspects en matière des contrats d’infrastructure, le Département de Droit Administratif a organisé un séminaire de mise à niveau.

A cette activité ont participé des académiciens experts en la matière, qui ont traité non seulement des thématiques liées à la sélection objective, aux documents-type, à la gestion foncière, aux plans d’aménagement du territoire, aux nouvelles fonctions en matière de contrôle et aux modifications dans les associations publiques-privées.

Le séminaire de mise à niveau a été inauguré par le professeur José Luis Benavides, qui a présenté de manière générale la loi : il a parlé des antécédents législatifs et a expliqué que les modifications introduites récemment « n’ont pas pour objectif de transformer les contrats mais d’annuler des aspects particuliers au domaine de l’infrastructure ».

Juan Carlos Covilla a parlé des documents-type, qui ont été introduits à tous les contrats des travaux publics faits au niveau national. Cependant, il a souligné que même si les motifs de son application peuvent entraîner des bénéfices, car l’objectif est d’éliminer la corruption, on évalue encore un document-type pour identifier concrètement à qui doit on choisir.

A cette journée ont aussi participé les professeurs du département, tels que : Julian Pimiento, Juan Carlos Exposito, Monica Safar, Hector Santaella, Jaime Orlando Santofimio, Jorge Santos et Daniel Castaño.