facebook twitter linkedin google-plus

Quel est l’état de la Colombie en matière de cybersécurité ?

Le cyberespace est considéré un nouveau champ de bataille pour lequel tous les pays, y compris la Colombie, doivent se préparer pour se défendre des possibles attaques cybernétiques.

Celle-ci a été la conclusion finale de la rencontre organisée par le Département de Droit des Télécommunications de l’Externado, à laquelle ont participé des experts en matière de cybersécurité pour analyser ce concept en Colombie et dans plusieurs pays du monde.

Juan Pablo Salazar, avocat et master en Relations Internationales de l’Université Pablo de Olavide et de l’Université Internationale d’Andalousie, a expliqué que plusieurs pays dans le monde ont renforcé leur régulation en matière de cyberguerre. Par exemple, la Directive UE 2016/1148 de l’Union Européenne concernant des mesures destinées à assurer un niveau élevé commun de sécurité des réseaux et des systèmes d’information. Également, cette année le Singapour va créer la Loi de Cybersécurité.

D’autre part, le lieutenant Juan Carlos Garcia, ingénieur informatique, expert en télécommunications et spécialiste en sécurité de l’information de l’Université Piloto de Colombie, a expliqué les concepts de cyberdéfense et cybersécurité. Le premier terme a été décrit comme « la capacité de l’État de prévenir, détecter et neutraliser toutes les menaces ou les actes hostiles dans le domaine cybernétique qui puissent mettre en péril la souveraineté nationale, l’indépendance, l’intégrité et l’ordre constitutionnel ». La cybersécurité a été décrite comme « la capacité de l’État de minimiser le niveau de risque auquel sont exposés ses citoyens face à des menaces ou à des problèmes au niveau cybernétique ».

Le lieutenant a affirmé que pour protéger la Colombie des attaques cybernétiques, il faut une augmentation budgétaire et développer des technologies dans le pays, car actuellement les équipements sont achetés à l’étranger à des prix très élevés.

A la fin, en répondant aux questions posées par le public, les conférenciers ont souligné qu’actuellement les gouvernements et les entreprises doivent faire face à des risques importants dans ce domaine, car le monde numérique est un espace approprié pour les activités illégales.