facebook twitter linkedin google-plus

Professeur de l’Externado obtient mention d’honneur lors des Prix Nationaux des Sciences et de la Solidarité

Daniel Gutierrez Ardila, enseignant-chercheur au Centre d’Etudes d’Histoire, a obtenu une mention grâce au livre « La Restauración en la Nueva Granada » (La Restauration de la Nouvelle Grenade (1815 – 1819).

Utilisant d’importantes sources de 14 archives historiques et de la presse de l’époque, Daniel Gutierrez Ardila, enseignant-chercheur à l’Université Externado de Colombie, a obtenu une mention d’honneur lors des Prix Nationaux des Sciences et de la Solidarité 2017, organisés par la Fondation Alejandro Angel Escobar.

Dans ce texte, l’enseignant du Centre d’Etudes d’Histoire, propose une nouvelle interprétation de la période comprise entre 1816 et 1819, connue comme la Reconquête, et qu’il appelle « Restauration », en considérant que : le terme Reconquête a été le résultat de la propagande patriotique qui a biaisé la vision historiographique des événements de violence provoqués par le rétablissement de la monarchie ; que le processus de restauration aurait commencé dès qu’on a appris en Nouvelle Grenade que Fernando VII allait reprendre le trône (et non pas une année plus tard avec l’arrivée de Pablo Morillo à Santa Marta), et que le rôle des révolutionnaires et des relations importantes entre la Reconquête et les libérateurs, étaient tellement essentiels qu’on peut affirmer qu’à ce moment-là il y avait une première et solide consolidation du système républicain.

Le travail du professeur de l’Externado c’est un ouvrage original, fait entre 2013 et 2016. Le livre est né pendant un séjour postdoctoral de M. Gutierrez en France.

« Le livre est parfait pour la conjoncture actuelle du pays, car j’y raconte ce qui s’est passé pendant la période de la révolution, qui ressemble beaucoup à ce qui se passe avec le Processus de Paix en Colombie », a-t-il expliqué.

Daniel Gutierrez Ardila est diplômé de Maîtrise et de Doctorat d’Histoire et, avec le soutien de l’Externado, a déjà édité trois livres, dont deux traitent la période de l’Indépendance.

« Cette distinction me réjouit énormément. C’est aussi grâce au Département des Publications de l’Université et au Centre d’Etudes d’Histoire, qui soutiennent la collection des livres sur ce sujet, tellement important et informatif pour l’académie », a affirmé M. Gutierrez.

A cette occasion, 94 travaux ont été présentés dans tous les domaines de la science et 42 institutions en matière de solidarité. Les travaux choisis, selon la Fondation Alejandro Angel Escobar, sont d’importants apports à la connaissance des sujets étudiés et respectent les standards de qualité et de rigueur scientifique exigés par son fondateur.

La Fondation Alejandro Angel Escobar, depuis 62 ans, organise les Prix Nationaux des Sciences et de la Solidarité. Depuis 1955, il a récompensé 120 institutions qui travaillent en faveur de la communauté, ainsi que 124 recherches dans tous les domaines des sciences.

Les ressources de la Fondation se dérivent de l’héritage de son fondateur, et une partie des revenus sont capitalisés et l’autre partie est utilisée pour financer les prix. Les prix Alejandro Angel Escobar sont considérés l’une des plus importantes distinctions scientifiques dans notre pays, non seulement pour les grandes qualités des lauréats, mais aussi pour la rigueur des jurys. Les prix comprennent une médaille d’argent, un diplôme et de l’argent en espèces. Des mentions d’honneur sont aussi décernées en Sciences et Solidarité par le jury.