facebook twitter linkedin google-plus

« Des femmes traversant les barrières », un projet qui mise sur l’équité de genre

Afin de promouvoir le leadership des femmes dans le secteur entrepreneurial colombien, l’Université Externado soutient une initiative dirigée par une équipe de femmes leaders.

Même si la lutte pour l’équité de genre dans le monde a favorisé les espaces de participation féminine dans divers domaines, la brèche salariale est alarmante dans des pays tels que la Colombie, où les salaires des femmes sont 20% moins élevés que ceux des hommes, en faisant le même travail.

Seulement en 2014, la brèche a été de 27%, presque 4 points en-dessus de la moyenne mondiale, qui est de 24%, selon le rapport de Développement Humain présenté par le Programme des Nations Unies pour le Développement – PNUD en 2015.

Dans ce contexte, l’Université Externado de Colombie, à travers la Faculté d’Administration des Entreprises, a présenté une nouvelle édition du programme « Des femmes traversant les barrières

», qui a pour objectif de promouvoir le développement de la femme directrice colombienne.

A cet effet, 25 femmes cadres et directrices de haut niveau, formeront le même nombre d’étudiantes choisies, à travers des conférences sur les compétences pour diriger, l’accompagnement dans la direction des entreprises, la gestion des équipes de travail et l’organisation, entre autres.

« Notre mission est de former des agents de changement, à travers ce programme nous pouvons transformer la communauté entrepreneuriale, en proposant des alternatives pour réduire les brèches. Il y a déjà plus de 150 femmes liées à l’initiative et nous espérons former un réseau de 500 femmes participantes », a affirmé pendant le lancement Alejandro Beltran, doyen de la Faculté.

D’autre part, Maria Cecilia Otero, directrice générale du programme a souligné le niveau des tutrices invitées, « des exemples de vie par leur parcours professionnel, des anciennes ministres, des présidentes de comités directeurs et des chefs d’entreprise », qui travailleront pour réduire ces brèches à travers la prise de pouvoir de la femme directrice.                

Traversant les barrières

Selon le DANE, en 2013, sur la totalité de la population active au niveau économique dans le pays, 25% des femmes avaient obtenu un diplôme d’enseignement supérieur, alors que chez les hommes seulement 17%. Malgré cela, parmi les 5.000 plus grandes entreprises du pays, seulement 7% sont dirigées par des femmes et leurs salaires sont 17% moins élevés que ceux des hommes.

Pour réfléchir sur cette situation, les tutrices ont raconté certains épisodes de leur vie professionnelle, où elles ont été témoins de l’inégalité de genre et non seulement au niveau du travail.

Par exemple, Soraya Montoya Gonzalez, directrice générale de la Fondation Saldarriaga Concha, a raconté comment dans le domaine médical, sont rares les recherches sur les maladies les plus fréquentes chez les femmes.

« Les études faites jusqu’à il y a quelques années, étaient liées exclusivement à notre fonction reproductive, mais avez-vous déjà vu des campagnes ou des documents qui abordent de manière approfondie les maladies cardiaques chez la femme ? Pourquoi nous connaissons seulement des recherches approfondies en ce qui concerne les hommes ? » a exprimé la directrice, qui est aussi médecin chirurgien.

Angela Maria Orozco, ancienne ministre du Commerce Extérieur et ancienne présidente de Proexport, a raconté aussi que quand elle a réussi à intégrer des comité directeurs importants, on lui demandait souvent si elle était la femme d’un directeur. « J’étais presque la seule femme, mais chaque fois il y a plus d’intégration dans le secteur professionnel », a-t-elle affirmé.

A la fin de l’événement, les étudiantes bénéficiaires et leurs tutrices, ont assisté à un pot à la Casa Externadista, pour fêter l’engagement de renforcer leurs compétences et pouvoir ensuite les mettre en pratique au niveau professionnel.